Les impayés sont des risques auxquels on fait face lorsqu’on se lance dans le commerce mondial. Pour la bonne marche de vos activités, vous devez prendre le risque de céder vos marchandises et attendre d’être payé. Pour réussir, les exportateurs doivent pouvoir faire face à ces dangers et s’armer en conséquence. Découvrez comment prévenir et limiter les impayés de vos clients dans le commerce extérieur.

S’informer sur la santé financière de vos clients

Lorsque vous voulez faire un prêt à un ami ou à un membre de votre entourage, vous vous assurez qu’il est capable de vous payer. C’est le même schéma que vous devez utiliser lorsque vous faites du commerce extérieur. Il s’agit d’un principe de gestion à ne pas négliger. Aujourd’hui, il existe des outils qui vous permettent d’avoir une idée assez claire sur le niveau d’endettement de vos clients, sur leur degré de solvabilité, sur leur réelle capacité d’action ainsi que sur la situation de leurs dirigeants. Il ne faut rien laisser au hasard.

Les outils pouvant être utiles sont entre autres le registre de commerce, le cadastre, les banques et les cabinets de renseignements commerciaux. Avec le registre de commerce, vous aurez les coordonnées des différentes figures légales de la société, les différentes personnes qui peuvent engager l’entreprise et ses caractéristiques. Au tribunal du commerce et à la banque, vous pourrez avoir des informations sur la solvabilité de votre client. Pour finir, les agences de renseignement constituent de très bonnes sources d’information si vous désirez vous assurer du sérieux de l’entreprise cliente avec laquelle vous désirez faire affaire. N’oubliez pas de faire une mise à jour de la situation financière de votre client au fur et à mesure. Bien sûr, au-delà de ces précautions, il sera aussi intéressant pour vous de souscrire à une assurance-crédit entreprise. Vous pouvez voir ici pour trouver des offres.

Contenir les risques clients

Si vous voulez limiter les impayés de votre clientèle, vous devez imposer des règles strictes. Par exemple, si vous avez des clients qui n’ont pas encore payé leurs factures précédentes, vous ne devez pas leur permettre d’avoir d’autres marchandises tant qu’ils n’ont pas au moins réglé une partie leurs anciennes factures. Vous devez alors instaurer un système de paiement comptant.

Il est aussi possible de réduire tout doucement les périodes de paiement des clients. Si vous avez un client qui a tendance à dépasser le délai convenu dans le règlement de ses dettes, vous devez peut-être penser à lui accorder un temps moins court lors de ses prochaines commandes. Par ailleurs, vous pouvez changer les conditions générales de ventes en vous assurant par contre de ne pas évincer un client de manière abusive. Il pourrait porter plainte contre vous et ce n’est pas le résultat que vous recherchez.

Effectuer une rédaction correcte de ses documents commerciaux

Vous devez veiller à ce que vos documents contractuels soient bien rédigés avant de conclure le contrat avec le client. Pour être plus explicite, vous devez forcément :

  • Obtenir un bon de commande ou un devis signé par le client : dans le cas où vous seriez amené à procéder à un recouvrement, cela vous servira de justificatif.
  • Toujours garder le bon de livraison : au cas où ce serait nécessaire, vous pourrez prouver que vous avez accompli votre part du marché dans les délais requis
  • Parler de vos conditions générales de vente : assurez-vous que votre client soit informé et les comprenne point par point.
  • Bien rédiger votre facture et la faire parvenir au client au moment de la livraison au plus tard.

Vous pouvez aussi demander des garanties et avoir connaissance des clauses commerciales qui sont utiles.