Certaines entreprises ont besoin de recourir à des services de maintenance industrielle. Plusieurs groupes industriels peuvent offrir des services de qualité et fiables, et octroyer des prestations. Une multitude de prestataires est à votre disposition pour mener un service de maintenance industrielle convenable. Mais comment en choisir ?

Opter pour une entreprise spécialisée et compétente

Face à l’essor de la technologie industrielle de nos jours, les services de maintenance industrielle et les contrats de maintenance industrielle sont en train de se muter. Le niveau de spécialisation augmente et les compétences s’élèvent. Les entreprises sont ainsi emmenées à effectuer des sous-traitances de certaines parties de leurs activités, notamment celles qui sont liées à la dimension technique, comme la thermographie par exemple.

Dans ce cadre, opter pour une entreprise spécialisée dans la maintenance industrielle s’avère ainsi très crucial, surtout si vous voulez recourir à des services d’audit industriel comme l’audit énergétique, l’audit et analyse des compresseurs industriels et de l’air comprimé. Concernant les services de maintenance au sens strict, l’entreprise appelée doit être celle qui admet des expériences confirmées et pointues. Ces services sont surtout caractérisés par la mise en conformité et la maintenance des installations industrielles. Pour obtenir un bon prestataire en la matière, vous pouvez aller sur le site www.services.duffau.eu afin d’avoir des détails et des informations supplémentaires.

Choisir un prestataire qui peut conclure tout type de contrat

Un contrat de maintenance industrielle (audit d’air comprimé industrie, audit de compresseurs industriels, audit maintenance industrielle, etc.) est un accord conclu entre différentes parties. En effet, il régit les relations professionnelles entre le client et le prestataire. Ce contrat octroie une garantie et une protection des parties prenantes en cas de litige. Il faut savoir que deux types de contrats existent en la matière, à savoir le contrat de moyen et le contrat de résultat. Choisir un prestataire qui possède la capacité de conclure ces contrats est très bénéfique. En effet, le contrat de moyen permet à l’entreprise prestataire de déployer tous les moyens humains et matériels nécessaires. De plus, il permet aussi de mener les actions concrètes utiles à la mise en œuvre des interventions, sans pour autant être engagée dans l’atteinte d’un résultat quantifiable fixé au préalable.

Quant au contrat de résultats, il engage en fait la société prestataire dans la réalisation des prestations définies par des performances et des objectifs quantifiés en avance, tout en apportant les preuves conformément aux conditions prescrites dans le contrat, comme le taux de disponibilités des machines, les délais de réalisation, les coûts d’investissement, les conditions de sécurité, l’environnement, etc.

Dimension financière de la maintenance industrielle

L’externalisation de certaines prestations et la sous-traitance exigent l’établissement d’un investissement financier qu’il est nécessaire de maîtriser dès le départ. Il faut, en effet, une étude précise de la rentabilité, tout en bien définissant la méthode de calcul du prix. Cette dernière comporte quatre principales modes de calcul.

D’abord, il y a la maintenance à forfait. Dans cette méthode de calcul, le prix est fixé à priori de la réalisation de la prestation, et est indépendant des moyens mis en œuvre par la société de prestation. Cette dernière doit donc être particulièrement plus attentive aux compromis technique et à l’inventaire initial.

Après, il y a maintenance en dépense contrôlée. Pour cette méthode, la solution proposée est à mi-chemin et permet de partager les responsabilités entre les parties contractantes. Il y a donc une obligation de résultat et de moyens (taux de marge sur les fournitures, factures sur les fournitures, taux horaire, personnels impliqués, etc.). Dans le cas où l’entreprise prestataire est engagée à ne pas dépasser une certaine somme d’argent, alors, la maintenance en dépense contrôlée est dite « plafonnée ».

Enfin, il y a la maintenance au forfait partiel. Cette méthode retient deux éléments dans son calcul, à savoir la partie forfaitaire (fixe) et la partie proportionnelle (variable) au supplément des moyens mobilisés, tout comme lors des calculs du prix des dépenses contrôlées.

Mise en place du contrat de maintenance

Le contrat de maintenance exige la mise en œuvre de plusieurs étapes afin de garantir la bonne mise en place d’un contrat de maintenance industrielle. Celles-ci permettent de pérenniser les avoirs industriels. En premier lieu, il faut effectuer un inventaire initial de ces avoirs avec les différents éléments techniques et financiers.

En deuxième lieu, il faut définir les diverses clauses juridiques et les conditions obligataires. Sachez que les clauses juridiques sont les leviers qui permettent la désignation des objets du contrat de maintenance industrielle. Quant à la clause commerciale, c’est elle qui définit le tarif et le coût de la prestation, en mentionnant le mode de règlement, les garanties et les pénalités financières en cas d’irrégularité.

En troisième et dernier lieu, il faut établir et conclure la clause technique. C’est cette dernière qui va définir et fixer les dispositions techniques liées à la réalisation de la prestation. Elle peut, en effet, retracer les contenus et les résultats de la prestation conclue.