Dans le système comptable, les immobilisations inscrites dans l’actif du bilan de l’entreprise sont amortissables. Il faut définir la durée de vie du matériel et outillage pour prévoir la date de son remplacement. Il existe différents types d’amortissement : l’amortissement linéaire, l’amortissement variable, l’ amortissement dégressif…

Amortissement comptable : qu’est-ce que c’est ?

L’amortissement comptable est un terme qui désigne la perte de valeur d’un bien de l’entreprise. La dotation aux amortissements consiste à constater en charge la dépréciation que subit un bien en raison de sa détérioration et du temps qui passe.

Les immobilisations ne sont pas à vendre, mais à conserver par l’entreprise sur plusieurs exercices comptables. Elles sont utilisées durablement pour augmenter la production. Ce sont par exemple : le matériel, les véhicules, les matériels informatiques, etc. À chaque fin de l’exercice, il est obligatoire de comptabiliser les amortissements. Visitez cette page pour plus d’informations sur les différentes sortes d’amortissement et le mode de calcul de chaque type.

Amortissement linéaire

L’amortissement linéaire est la méthode la plus simple. Le coût d’achat de l’immobilisation est à répartir équitablement en fonction des années d’utilisation. D’après l’article 39.1.2 du Code général des impôts, la durée d’utilisation des matériels immobiliers ne doit pas dépasser de la durée d’usage indiquée dans le barème d’amortissement de l’administration fiscale. À chaque immobilisation, un plan d’amortissement est établi permettant de définir la dotation aux amortissements. Chaque année, le montant est à déduire de la valeur initiale de l’immobilisation. Le calcul de l’amortissement permet de connaître la valeur comptable nette de l’immobilisation. La valeur résiduelle est égale à la valeur d’achat – les sommes cumulées des dotations aux amortissements.

Exemple de calcul d’amortissement : vous calculez d’abord le taux d’amortissement. Si l’immobilisation a une durée de vie de 5 ans, le taux d’amortissement est égal à (100/5)/100=25 % par année complète. Ensuite, vous calculez l’amortissement en proportion du nombre de jours de l’exercice comptable. Si vous achetez votre matériel le 15 avril à 1 500 € et si la clôture de l’exercice est le 31 décembre, l’amortissement de la première année est égal à 1500×25%*x255/360=266 €. Pour la deuxième année, il est égal à : 1500×25%=375 €. Pour la 3e année : 1500×25%= 375 €. Pour la 4e année : 1500×25%=375 € et pour la 5e année= 1500×25%x105/360=109 €.

Amortissement variable

Appelé aussi amortissement par unité d’œuvre, l’amortissement variable est un peu chez les professions libérales. Cela consiste à amortir l’immobilisation en fonction des œuvres qu’elle produit ou qu’elle consomme. L’unité d’œuvre peut s’agir d’une unité de temps: nombre d’heures de production, d’une unité de mesure (kilomètres ou mètres), d’une unité quantitative (nombre de produits fabriqués). Toujours est-il que l’unité d’œuvre doit refléter le rythme de production ou de consommation des avantages attendus par l’entreprise.

Exemple de calcul d’amortissement par unité d’œuvre d’une entreprise qui investit pour une machine d’une valeur de 50 000 €. Elle envisage de produire 50 000 pièces pendant 5 ans selon le rythme suivant : 5 000 en 1re année, 7 500 en 2e année, 12 500 en 3e année, 12 500 en 4e année et 12 500 en 5e année. Le mode de calcul d’amortissement s’effectue comme suit : valeur d’achat x consommation annuelle/ consommation totale sur la durée de vie de l’immobilisation. 1re année = 50 000 x (5000/50 000) = 5000 ; 2e année = 50 000 x (7 500 x 50 000) = 7 500 ; 3e année = 50 000 x (12 500 / 50 000) = 12 500 ; 4e année = 50 000 x (12 500 / 50 000) = 12 500 ; 5e année = 50 000 x (12 500 / 50 000). Il ne faut pas oublier de faire le calcul au prorata de l’utilisation du bien s’il est acquis au cours de l’année.

Amortissement dégressif

L’amortissement dégressif consiste à appliquer des annuités d’amortissement décroissant sur les immobilisations. L’amortissement des biens est accéléré pendant les premières années de leur utilisation. Ce sont les entreprises industrielles, agricoles, artisanales, commerciales et libérales qui peuvent appliquer l’amortissement dégressif. Les biens non usagés doivent avoir une durée de vie de 3 ans au minimum. Le montant de l’amortissement dégressif diminue chaque année en même temps que la valeur nette comptable du bien.

Pour le calcul d’amortissement dégressif, on applique le taux linéaire et on pratique un coefficient en fonction de la durée de l’amortissement. Les coefficients appliqués couramment sont : 1.25 pour une durée d’amortissement de 3 à 4 ans ; 1.75 pour une durée de 5 à 6 ans et 2.25 au-delà de 6 ans. Exemple de calcul d’amortissement dégressif pour un matériel acheté à 20 000 € et amorti sur 5 ans. Le taux d’amortissement dégressif est de 1/5*100*1.75=35 % de la valeur nette comptable. On calcule l’annuité en fonction du taux dégressif ou du taux linéaire. Parmi ces deux taux, on applique le taux le plus élevé pour le calcul de l’amortissement.